in

Emotional Eating 101 – Retour aux sources

emotional eating

Nous utilisons souvent le terme « alimentation émotionnelle ». Parfois, nous agissons même comme si c’était une sorte d’affliction que nous avons contractée ou qu’elle faisait partie de notre personnalité. Nous disons des choses comme « J’ai toujours été un mangeur émotionnel » ou « Je mange toujours quand je suis ____ », en remplissant le blanc avec des mots inquiets, tristes, fous…

Je sais que j’ai déjà fait des déclarations comme celle-ci. Nous pensons que cette « alimentation émotionnelle » n’est pas un choix, juste quelque chose à propos de nous, comme la couleur de nos yeux.

Commençons par ce que ce n’est pas. Ce n’est PAS manger parce que nous ressentons une émotion. Une émotion ne crée PAS le manger. C’est en fait le contraire. C’EST quand nous essayons de nous débarrasser ou de diminuer l’émotion en mangeant pour engourdir le sentiment. Cette distinction est importante.

Asseyez-vous avec le contraste pendant une minute et assurez-vous que vous l’obtenez.

Vous ne mangez pas parce que vous êtes stressé. Vous mangez pour essayer de diminuer le sentiment de stress. Vous ne mangez pas parce que vous vous sentez frustré. Vous mangez parce que vous n’aimez pas le sentiment d’être frustré et le fait de manger vous en débarrasse temporairement ou le rend moins intense.

Regardons le stress d’un peu plus près à titre d’exemple. Lorsque nous nous sentons stressés et que nous prenons une collation, nous pouvons revenir sur cette action et attribuer le fait de manger à la sensation de stress. Mais vraiment, c’était notre manque de volonté ou de capacité à ressentir le stress sans essayer de s’en débarrasser.

Vous pouvez faire des recherches sur la consommation de stress et trouver des moyens d’éliminer ou de réduire le stress. Génial, faites-les tous, moins de stress est toujours une bonne chose ! Si je pensais que nous pouvions en arriver à ne jamais nous sentir stressés ou anxieux, je n’aurais pas écrit cet article.

Mais nous savons tous que nous ressentirons du stress de temps en temps en tant qu’êtres humains, et que cela fait vraiment partie de la vie. Ainsi, il est essentiel que nous sachions ressentir le stress sans ressentir le besoin de s’en débarrasser ou de le diminuer avec de la nourriture.

La première étape est vraiment d’apprendre à reconnaître ce que vous ressentez. C’est tellement intéressant à quel point nous remarquons peu nos émotions. En général, on ne nous a pas appris, étant enfants, à identifier ou à reconnaître ce que nous ressentions. En fait, on nous a peut-être appris à ignorer ou à supprimer nos émotions.

J’ai entendu des choses comme « Arrête de pleurer ou je vais te donner de quoi pleurer » et « Calme-toi et reprends-toi. Avez-vous également reçu ces messages ? Être « émotif » était une mauvaise chose, à éviter à tout prix !

Même en société, quand nous nous saluons avec des « Comment allez-vous ? » la réponse est généralement un « bien » ou « bon ». Je me rends compte que ces salutations ne sont souvent qu’une forme de bonjour, mais nous demandons-nous et nous écoutons-nous jamais vraiment lorsque nous demandons « Comment allez-vous ? »

Je suppose que nous n’avons pas à effrayer nos connaissances en nous lançant dans une liste profonde et réfléchie de tous nos sentiments lorsqu’ils nous demandent comment nous allons, mais peut-être pourrions-nous parfois donner les vraies réponses aux personnes les plus proches de nous ? Nous pourrions leur faire savoir comment nous nous sentons vraiment, demander et écouter pleinement comment ils vont ?

Que diriez-vous de le faire pour nous-mêmes plus souvent? Avez-vous déjà vérifié avec vous-même pour voir comment vous vous sentez?

Les émotions ne tombent pas seulement sur notre tête et coulent dans notre corps. Nous les créons en fait avec notre pensée. Ce processus n’est pas toujours évident, mais il est toujours vrai. De petites pensées rapides que nous ne reconnaissons même pas sont parfois le coupable.

Ce sujet mérite plus de discussion (peut-être Emotional Eating 102 ?), mais pour l’instant, rappelez-vous que nous avons le pouvoir sur nos émotions parce que nous les créons. Remarquer et contrôler nos pensées, et donc nos émotions, est une compétence qui peut être développée.

Les émotions peuvent aussi devenir une habitude bien pratiquée. S’inquiéter, besoin de crème glacée. Frustré par le travail, doit avoir des frites. Se sentir un peu seul ou s’ennuyer, des gâteaux ou des biscuits s’imposent. Remarquez si vous avez des boucles d’habitudes émotionnelles/snacks. Vous pouvez souvent changer une habitude avec la conscience et la distraction consciente.

Prenons un exemple de sentiment de solitude. Au fur et à mesure que vous apprenez à reconnaître ce que vous ressentez, vous pouvez identifier l’émotion et décider de vous sentir seul sans rien faire à ce sujet. L’habileté de laisser une émotion inconfortable simplement être là sans essayer de s’en débarrasser est l’une des compétences les plus puissantes que vous puissiez apprendre.

Vous pouvez entendre cela appelé « autoriser une émotion » ou « traiter une émotion ». Cela pourrait ressembler à ceci dans votre tête : « Je me sens seul, c’est juste une émotion que je crée avec ma pensée. Je n’aime pas ce que je ressens, mais je ne vais pas essayer de le faire disparaître avec de la nourriture. Cela demande un peu de pratique et de sensibilisation, mais c’est possible !

Apprendre à identifier et à autoriser les émotions est une compétence. Si vous, comme moi, n’avez jamais appris cette compétence, il n’est pas trop tard.

Lorsque nous acquérons cette expertise, nous n’aurons pas besoin d’un bol de crème glacée ou d’un sac de croustilles pour éliminer ou atténuer un sentiment dont nous ne nous soucions pas. Nous pouvons simplement reconnaître que nous sommes des humains normaux ayant des émotions humaines normales et c’est bien !

Pour vous aider à apprendre à gérer votre alimentation émotionnelle, procurez-vous la feuille de travail de Robin – Arrêtez l’alimentation émotionnelle.

Recherchez-vous des aliments réconfortants lorsque vous ressentez des émotions inconfortables ? Si vous vous considérez comme un mangeur émotionnel, pourquoi pensez-vous qu’il en est ainsi ? Avez-vous essayé de réduire votre niveau de stress avec de la nourriture ? Est-ce que ça marche? Qu’avez-vous fait pour arrêter vos habitudes alimentaires émotionnelles ? Pensez-vous que vous pouvez désapprendre ces habitudes alimentaires émotionnelles en apprenant à ressentir des émotions inconfortables ?

Ayons une conversation !

What do you think?

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

buying jewelry

5 conseils pratiques pour acheter des bijoux

wise woman

Les trois piliers pour élever votre objectif : la femme sage crée avec la vie